(0) Panier
  • Votre panier est vide.

Les Auteurs

Gibraltar » Les Auteurs

Elza Montlahuc
Illustratrice

Je me perdrai à Gardhaïa (Gibraltar n°1). Diplômée de l'Ecole Estienne en 2007, lauréate du concours d'illustration Sur La Place la même année et après un court passage aux Arts Décoratifs de Starsbourg, Elza Montlahuc diversifie ses supports de création : affiches d'associations ou de festivals underground, dessins pour des sociétés de dessins animés à Paris, fresques dans des lieux touristiques en Amérique du Sud. Toujours avec le dessin, Elza collabore avec des compagnies de théâtre de rue à Marseille, Shangaï et Hambourg tout en étant coloriste chez Glénat Drugstore notamment. Elza est l’auteur de Bulanote (Édition Ornicarink’s, Joucques, 2008) et réalise des illustrations presse pour Magazine Alibi et ArtPi !

Stéphane Soularue
Illustrateur

Le chemin de croix de Saïdou (Gibraltar n°1) et Roi d’Ithaque (Gibraltar n°2). Né à Tulle en 1975, professeur agrégé en Arts appliqués, Stéphane Soularue enseigne l'illustration et le cinéma d'animation à l'école Estienne (Paris) depuis 2003. Après des études en communication visuelle et en illustration (Arts décoratifs de Paris), il commence à travailler comme illustrateur pour la presse (Libération, Nouvel Observateur Ile-de-France, Courrier Cadres, L'Expansion, L'Œil électrique, L'Humanité, Bakchich.info…) et pour les éditions Mille Sources (Tombeau de Gilles Deleuze, 2000 et Empreintes, 2004). Il participe à l'ouvrage collectif Tous coupables en 2007. Sa première bande dessinée (Sueurs noires, parue en 2007 aux éditions Six Pieds sous Terre) se présente comme une série de courts récits qui composent un univers angoissant inspiré des mondes de Buzzati, Kafka et Borges.
Il sonde encore la noirceur de l’âme humaine avec son album Moïse, enfant sauvage (paru chez Rackham en 2010). Deux albums scénarisés par Pierre Colin-Thibert sont parus aux éditions Sarbacane : Des Chiens et des Loups (2010) et La Loge écarlate.

Augustin Le Gall
Photographe

Augustin Le Gall a illustré l’interview de Meriem Zeghidi en Tunisie : Pas de liberté des femmes sans démocratie totale (Gibraltar n°1). Augustin Le Gall a suivi la révolution tunisienne depuis ses débuts et poursuit son travail sur la transition démocratique en Tunisie. Son approche s’oriente vers une photographie documentaire, narrative, poétique, où la fiction se mêle à la réalité. Augustin Le Gall porte une attention particulière aux enjeux de société contemporain liés notamment au monde arabe et à la Méditerranée, au patrimoine immatériel, aux minorités et aux droits de l'Homme. Membre du collectif Dékadrage, Augustin Le Gall vit entre Tunis et Marseille. En 2010 il a été finaliste de la bourse SFR Jeune talent et Prix du Public avec la série Je vous vois. En 2011, il a reçu la mention spéciale du jury pour le concours Regards croisés sur le patrimoine vivant en Méditerranée par Euromed Heritage et le premier prix catégorie Photographie au Festival de l’Étrange (Alliance Française d’Essaouira) au Maroc. Son travail sur la révolution tunisienne a été exposé dans de nombreux lieux dédiés à la photographie. www.algopix.net www.dekadrage.org

Nathalie Dollé
Auteure

Interview de Meriem Zeghidi en Tunisie : Pas de liberté des femmes sans démocratie totale (Gibraltar n°1). “La Méditerranée est mon univers de prédilection. Après des études à l’École supérieure de journalisme de Lille, j’ai travaillé la majorité de mon temps pour France-Télévision, journaux d’actualité de France 2 puis magazines (Sagacités) et documentaires à France 3 national. En parallèle j’ai toujours écrit (des articles ou des livres) et enseigné ponctuellement en formation initiale puis continue. J’essaie aussi de réfléchir sur les pratiques du métier (notamment avec l’Alliance internationale de journalisme) et assure des missions à l’étranger pour la Commission européenne. La banlieue m’a amenée naturellement à interroger les notions d’urbanité, d’interculturel, de migrations, d’islam qui ont induit la lutte contre les discriminations, la démocratie participative, les questions locales et internationales d’intégration, de développement de la société civile et de démocratie.” Dernier ouvrage paru : Journalistes et réseaux sociaux : évolution ou révolution ? (Collection Journalisme responsable, octobre 2012) : http://www.alliance-journalistes.net/article252.html

David Torres
Auteur

Voyage à travers le Rif (Gibraltar n°1). Roi d’Ithaque (Gibraltar n°1). Né à Madrid en 1966, David Torres Ruiz est romancier, scénariste et chroniqueur. Il a signé des romans noirs remarqués et a obtenu de nombreux prix littéraires avec notamment Niños de tiza (Algaida, 2008) ou Punto de fisión (Algaida, 2011), sa dernière œuvre où il mêle quatre récits parallèles qui ne forment au final qu’un seul fil narratif, de Tchernobyl à Madrid, la ville cadre de la plupart de ses intrigues. David Torres s’est fait connaître en 1999 avec Nanga Parbat (Desnivel), un court roman de littérature de montagne traduit en français chez Glénat (2002) et en plusieurs langues puis avec El Gran silencio (Destino, 2003), finaliste du prestigieux Prix Nadal. En 2005, il s’attaque au mythe odysséen avec El mar en ruinas, salué par la critique. Friand de poésie et de nouvelles qu’il pratique, mais aussi de récits de voyage, David Torres a exploré le cœur rouge vif de l’Europe, à travers le sombre passé de la Pologne durant la Seconde Guerre mondiale et durant les années du communisme, dans La sangre y el ámbar (Ediciones B, 2006). Professeur au sein de l’école littéraire Hotel Kafka, David Torres y tient un blog culturel baptisé Tropezando con melones (“En trébuchant sur des melons”), ainsi qu’un billet mordant et féroce dans le quotidien numérique Público, inspiré par la tourmente économique et morale dans laquelle se débat l’Espagne.

Camille Goret
Auteur

Le chemin de croix de Saïdou (Gibraltar n°1) “J'aime explorer le monde, écouter les histoires tortueuses de ceux qui en subissent les tumultes, échanger avec ceux qui le font, et discuter avec ceux qui veulent le changer. Probablement une conséquence des années passées à vadrouiller entre études et petits boulots. Basé à Bruxelles depuis quatre ans, je m’intéresse aux affaires européennes. Autant dire à pas mal de choses : immigration et migrations (internes), relation avec les pays voisins, emploi et sous-emploi… Les dernières années m'ont donné l'occasion de me pencher sur les conséquences de la crise économique.

Santiago Mendieta
Directeur fondateur

Le directeur fondateur est également rédacteur en chef et animateur de l’équipe réduite qui prépare et imagine Gibraltar. Au four, en cuisine et au passe-plat, il sert également les mets en salle. C’est vous dire si la revue se fait de façon artisanale, millimétrée et passionnée. Après avoir bourlingué sur les sentiers sauvages des Pyrénées en presse (Milan Presse) et édition (Privat, Glénat), la Méditerranée lui tendait les bras afin de prolonger ces histoires humaines qu’il affectionne tant et cultiver un autre journalisme, non soluble dans le marketing, la communication et le buzz. Il fait corps avec la devise “S’intéresser à la vague plutôt qu’à l’écume” (Patrick de Saint-Exupéry).

Guy de Guglielmi
Directeur artistique

Directeur artistique free-lance, je conçois des univers graphiques dans différents secteurs de la création visuelle. Presse et édition, conception et direction artistique de magazines et livres. Communication, création de l'agence TEAN-agence en 2007. Design textile, conception de la marque Megalo. Peinture, très "marquée" par mon parcours de graphiste. Création numérique que j'expose régulièrement. Cette polyvalence qui implique une interaction permanente entre les différents médias, enrichi le processus créatif, entretient ma curiosité et me permet d'être toujours ouvert à de nouveaux projets. Appelons ça un "état d'esprit" créatif !

Cédric Falcone
Secrétaire de rédaction

“Jeune journaliste plein d’allant et de curiosité, j’ai arpenté quelques pays de la Méditerranée et vécu quelque temps au Maroc et en Tunisie. J’ai posé mes valises pour quelque temps à Toulouse pour participer à l’aventure de Gibraltar et renforcer son équipe pléthorique.”